DES MYSTERES 

            Les recherches relancées en 2007, nous confirment encore que plusieurs mystères subsistent quand nous évoquons L’AVENTURE DIPLOMATIQUE EUROPEENNE du CHAROLAIS, aux XV°, XVI° et XVII° siècles. Ils affectent six thèmes que nous évoquons ci-dessous.

LES LIMITES DU COMTE ...

Quel traité ou quel contrat les a fixées ?

 

Grâce à Marthe Gueugnon et Catherine Marion, nous disons 1292 et 1297, lors du mariage de sa fille Béatrix, le comte de Chalon sépare ce qui fera le comté de Charolais.

 

Pourquoi ce Charolais historique présente-t-il cette excroissance de 5 paroisses en " Outre-Loire " qui, depuis le XIX° siècle, équivalent à 3 communes ?

Notre suggestion présentée dans notre livre : En 1393, il est écrit pour Cée (03) que le 1° possesseur est le chambrier (TPG) de la Ville (Prieuré) de Paray; ainsi sa propriété aurait été incluse dans le Comté... Vrai ou faux ?

LES RETROCESSIONS A L'ESPAGNE ...

 De 1550 à 1684, les rois d'Espagne n'ont jamais voulu lâcher cette possible "verrue" par fidélité à  leurs racines : la Maison de Bourgogne.

 

 Mais alors, faut-il voir un lien entre les deux faits suivants ?

 * En 1684, Louis XIV brutalement "éjecte" l'Espagne de sa tutelle en Charolais et en 1685, il révoque l'Edit (de tolérance) de Nantes.

 * En même temps qu'il affirme son autorité catholique (gallicanisme), il réduit les huguenots qui n'auront le choix qu'entre l'exil ou la conversion subie.

DES FORGES A FONTE ...

Des forges à fonte ont bien existé en Charolais au XVI° siècle et même avant...

 

Des hameaux titrent : le(s) Fourneau(x), la Forge, le Champ des Forges, le Minerai, la Ferrière. Seule certitude, Le Verdrat, hameau commun à Mornay et Martigny le Comte, fit des coulées à la mode médiévale, à la fin du XVI°.

 

Au XVII°, la déforestation fut dénoncée et au XVIII°, le développement ainsi freiné sur le site, entraîna le transfert définitif vers Gueugnon : autre lieu, autres méthodes, autres scores.

 

Mais Philibert de Laguiche dut-il sous Henri III, son ministère de Grand Artilleur à une possible production de boulets en fonte, en ses propres terres ?

Le "bestail" en Charolais

en 1543

Forges à fonte

en Charolais

du 16° au 18°

LE BESTAIL ...

   Ce "BESTAIL" peut-il être qualifié d'"Elevage Charolais" dès le XVI° ?

 

     Le rôle de cerches de feux de 1543 révèle une présence forte de laboureurs "vivant de bestail et cultures" et de plus, près de la limite du Brionnais.

 

  Ce serait deux siècles avant ce qui est communément reconnu !

 

 LES CAHIERS DE DOLEANCES

 Dès l'été 1788, sur mandement de Louis XVI, tout le Royaume dut rédiger des cahiers de doléances : le Roi voulait savoir quels étaient les maux et les voeux principaux dont parleraient ses sujets.

 

En mars, à l'Auditoire du Bailliage de Charolles (près du castel comtal) les délégués des 3 Ordres se réunirent séparément, à cet effet. Pour le Tiers état, il s'agissait d'obtenir d'abord un accord pour une synthèse des 83 cahiers paroissiaux.

 

Ici, nous n'évoquerons que le mystère des 73 cahiers  charolais introuvables !

 

Sur les 83 possibles, 10 depuis peu, sont connus :  Bragny en Charolais, Gueugnon, Marigny, Rigny sur Arroux, Saint Germain des Rives, Saint Romain sous Gourdon,Toulon sur Arroux et Varennes-Reuillon. Celui de Lugny lès Charolles, en nov.2017 et Charolles-ville en janvier 2018 !

 

Où sont  donc les autres ? Que les chercheurs veuillent bien re-sonder leurs archives municipales mais encore des archives notariales et familiales, d'heureuses surprises sont encore possibles.

 

Et l' article IV-9 de la synthèse... nous permet d'obtenir une étape de la RAE-DH !

2 VITRAUX CHAROLAIS ...

Celui de Viry (classé IMH) aurait eu 1 ou 2 "cousins" issu(s) du même atelier flamand ou comtois (?)

"LE"  vitrail perdu aux "écussons de  Charles Quint " qui aurait orné la verrière de l'ancienne église de Charolles. Et  le 3°, celui de l'église de Chassy ? Même époque, même style : alors quel lien ?

 

Et la querelle des verriers de Viry, qui finit en meurtre, vers 1530, aurait-elle ainsi une explication ?    

LES ARCHIVES CACHEES ...

La preuve de la visite des 3 Délégués Charolais qui ont été députés auprès de Maximilien en 1496 à Lindoch, la résidence d'été sur le Bodensee ?

 

Où se cache le récit du voyage de François de BUSLEYDEN et de Jean WOUTERS qui visitèrent la Franche-Comté et le Charolais, en l’été 1499 ?

 

Un Mémoire demandé par Marguerite d'Autriche aurait été rédigé par un certain Jean Ruffault, en 1508 ou 1509, à propos du Charolais. Il pourrait être à Lille...

 

Quels registres signés par Marguerite d’Autriche encore, complétaient ceux de Dole et Besançon ? Où peuvent-ils être rangés : à Bourg en Bresse, à Malines, à Simancas ? Y aurait-il eu des études déjà  faites ?

 

Pour quelle raison, le  traité de Nimègue  a-t-il eu cet «ajout secret» signé par Louis XIV et gardé secret, aux Archives Ministère Affaires Etrangères à Paris, jusqu’en 2010 ?

Rédaction et Conception :

Fernand LAURENT

Sites à découvrir  /  Liens Utiles : 

© 2011  Création du Site  -  © 2016  (Mai) Version 2

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • YouTube App Icon

Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now